Journée mondiale de l’enfant africain 2019

Partager cette publication

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs ;

La journée du 15 Juin 2019 est consacrée à deux événements majeurs, la célébration mondiale de l’enfant africain et la célébration mondiale de la fête des pères.

Cette fête des pères trouve sa légitimité dans le fait que n’est pas père qui veut mais qui peut.

Le père, le vrai est celui- là  qui œuvre constamment pour maintenir l’équilibre dans son foyer; pour maintenir l’équilibre dans son travail ; pour maintenir l’équilibre dans la société ; pour maintenir l’équilibre dans son être et pour maintenir son équilibre spirituel; ce qui n’est pas du tout une chose aisée.

Il est évident que cette définition exclut totalement tous les plaisantins qui ne sont pères que de noms.

Si nous nous accordons sur l’utilité de cette fête des pères, il urge que nous sachions également quelle forme lui donner.

Nous pensons qu’au lieu des célébrations théâtrales, cette journée consacrée aux pères devrait être l’occasion pour surtout se pencher sur la situation de ces pépés qui ont tout donné à leurs familles ; qui ont tout donné à leurs nations; qui ont tout donné à la société mais qui malheureusement sont aujourd’hui vulnérables soit du fait du poids de  l’âge; soit du fait de certaines pathologies ou infirmités invalidantes dont ils ont été victimes. Ils se retrouvent alors seuls, indésirables, délaissés, angoissés. Ce serait l’occasion en or chaque année pour célébrer ces pépés et les honorer.

Comment ne pas faire le lien entre cette célébration de la fête des pères et la journée mondiale de l’enfant africain qui trouve ses origines dans le lugubre massacre des enfants de Soweto par le régime de l’apartheid le 16 juin 1976.

Loin d’être une simple célébration, le 16 juin devrait servir à réfléchir sur le vécu de ces millions d’enfants en situation d’indigence sur le continent africain :

-Ces enfants orphelins précocement et qui très tôt sont confrontés aux vicissitudes de la vie ;

-Ces enfants devenus orphelins par la force des choses du fait de l’inconscience de leurs parents qui quoique vivants sont inutiles ;

-Ces milliers d’enfants qui chaque année meurent du paludisme, de la malnutrition, des maladies diarrhéiques ou qui sont victimes collatérales des guerres; ceci étant favorisé par une mauvaise politique sociale et sanitaire des dirigeants africains ou par l’inconscience de certains géniteurs ;

-Ces enfants objets du phénomène « vidomingon » (enfant placé) qui au quotidien souffrent le martyr ;

-Ces nombreux enfants convertis en vendeurs à la sauvette dans nos feux tricolores alors qu’ils sont supposés à leur âge être au cours primaire pour recevoir l’instruction.

Oui; la situation de ces millions d’âmes innocentes devrait nous faire réfléchir afin de les sortir de la précarité.

Nous ne saurions terminer notre mot sans rendre un hommage mérité à ces vaillantes femmes qui sont à la fois mères et pères et qui assurent cette charge supplémentaire de papa avec maestria. Chapeau chers mesdames.

Bonne fête à tous les papas du monde et vive l’enfant africain instruit et émancipé.

Je vous remercie.

 

ONG FAITH: Santé, Social, Éducation, Environnement.

16/06/19; Cotonou.

Leave a Reply