Projet IEC en milieu lacustre

Partager cette publication

L’un des objectifs pour lesquels nous existons est d’informer et de communiquer pour un changement de comportement en matière d’hygiène et de santé. C’est dans ce cadre que s’inscrit le présent projet qui aura un impact certain sur la santé de nos populations.

Ce 10 Juin 2018, l’ONG FAITH a lancé le projet dénommé IEC en milieu lacustre.

Ce projet qui va s’étendre sur cinq ans va consister à mener des activités de sensibilisation dans les communautés à la base en étant au contact des réalités que vivent nos populations lacustres. Il va s’agir pour nous de sensibiliser  non seulement par des séances publiques d’IEC, par le porte à porte, par des projections sur écrans géants mais aussi par des émissions en langues locales sur les radios communautaires des milieux ciblés.

Cette activité mobilise une centaine de volontaires sur le terrain et leur déplacement et restauration sont assurés par un forfait.

Le paludisme est une parasitose fébrile causée par un hématozoaire du genre plasmodium et qui se transmet à l’homme par la piqûre d’un moustique appelé anophèle femelle. Cet anophèle femelle est l’agent vecteur de la maladie. Le développement des larves de cet anophèle est favorisé par l’insalubrité. En effet il se développe dans des différentes zones non désherbées, à la surface des eaux stagnantes, etc. Les maladies diarrhéiques quant à elles sont souvent dues au péril hydro fécal. Et sont aussi favorisées par les mesures d’hygiène délétères.

D’après l’OMS, le paludisme et les maladies diarrhéiques constituent avec les IRA les principales causes  de mortalité infantile en Afrique subsaharienne.

Au Bénin chaque année, des milliers d’enfants meurent de ces affections suscitées.

Les villages lacustres du Bénin ont des endroits à fort potentiel touristique de par la beauté du paysage et l’aspect naturel des constructions. Malgré ce potentiel, les populations lacustres du Bénin vivent au-dessous du seuil de la pauvreté. Elles sont souvent le siège d’épidémies avec parfois beaucoup de cas de décès.

Les causes sont liées à la précarité des mesures d’hygiène dans ces localités et au péril hydro fécal.

Ces mesures précaires d’hygiène et la promiscuité font que le taux de mortalité infantile est élevé dans les milieux lacustres de notre pays ; ce qui arrière le développement de notre nation. Les enfants des zones lacustres du Bénin meurent souvent du paludisme, des IRA, des maladies de péril hydro fécal et de malnutrition. Le cas des cités lacustres est d’autant plus inquiétant car malgré les efforts des autorités politico-administratives, les mesures d’hygiènes de l’eau et des aliments y sont toujours précaires. Ainsi bien qu’ils reçoivent souvent des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action, ils préfèrent utiliser ces moustiquaires comme filets à poissons ou comme protection des pépinières contre le soleil. Aussi, l’automédication aggrave la situation car les parents ne consultent les centres de référence qu’après avoir tout essayé eux même. Ceci fait que les enfants passent souvent malheureusement de vie à trépas ; d’où l’intérêt de ces IEC afin d’être au contact des populations et leur expliquer les mesures préventives qui sauvent en prenant le soin de motiver les bons élèves par des gadgets (casquette, tee shirts, vivres, moustiquaires, etc.).

 

ONG FAITH

Leave a Reply